Cabinet Jean-Pierre Ernst
Accueil du site > Prestations > Analyse systémique de la pratique

Analyse systémique de la pratique

Maintes fois évoquées par l’ANESM dans ses recommandations de bonnes pratiques professionnelles, l’analyse de la pratique ou encore la supervision manquent cruellement de modélisation.

Parfois évoquées comme groupes de professionnels permettant de prendre de la distance, de réguler son implication personnelle, voire d’analyser son contre-transfert envers l’usager, les maigres théorisations ou discours à son sujet présentent de nombreuses contradictions et zones d’ombre.

Lieu de rencontre d’une équipe en dehors de la hiérarchie, l’analyse de la pratique peut être un défouloir.

Obligatoire la plupart du temps, elle demande aux professionnels de livrer, devant leur pairs, les sentiments les plus intimes, voire les moins avouables, éprouvés en situation de travail.

La déontologie et le savoir-faire de l’intervenant ne peuvent rien contre ces paradoxes et une redéfinition de ces pratiques s’impose.

Nous proposons des groupes de supervision indirecte

  • intégrant le cadre hiérarchique ; il peut s’avérer dangereux que celui-ci soit exclu d’une rencontre entre « ses » professionnels et un intervenant extérieur. Il fait partie de l’équipe et la pilote.
  • Centrée sur la relation entre le professionnel et l’usager. il ne s’agit pas d’une psychothérapie, ni d’une analyse du contre-transfert. C’est en ce qui appartient à l’usager et qui fait résonance en moi que l’on peut se ressourcer. Les « pollutions » produites à cet endroit obèrent l’efficience du professionnel, surchargent émotionnellement le professionnel et surtout impactent l’usager. Il importe de recycler les émotions et les représentations.
  • Dégagés de toute décision et de toute dimension organisationnelle. C’est l’endroit et le temps où l’on lève le nez du guidon pour penser notre pratique quotidienne.

Nous proposons aussi un travail de supervision directe. Celle-ci a pour objet, non ce que le professionnel dit qu’il fait avec l’usager, mais l’observation directe par le superviseur, en situation ou par le biais d’enregistrements vidéo, de l’interaction entre le professionnel et de l’usager. Il s’agit le plus souvent de supervisions d’entretiens familiaux ou individuels.